Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
  

Crachats d'étoiles

Version  XML 
Recherche

Archive : tous les articles

Virgules



Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Tournez manèges
*
^
Umjpj


Le temps de l'été a été perdu (encore)

[On entend voler les papillons.
Autour de la piscine, des lions dorent sous un soleil parfait, le nez dans les mimosas, ils ronflent.
Khalifa à genoux leur coupe les ongles des pattes.]

"L'Enfant-Dieu", F. Melquiot.


Avant j'habitais au-dessus de chez un médecin. Un dentiste (raison de plus pour le tyranniser). Et juste au-dessus de son cabinet - l'espèce de grande salle blanche avec les bruits de roulette et les gens qui crevaient de peur sur le fauteuil - il y avait mon piano. C'est vieux, j'en faisais encore.
Et mon plus grand plaisir c'était, spécialement aux heures d'ouverture, de jouer un boogie le plus fort possible, pour que ça bouffe les murs et que, la bouche ouverte et paralysée, le patient d'en-dessous entende la plus entraînante des musiques alors qu'il se faisait arracher une dent.


Le temps de l'été c'était ça, notre manie d'être à la fois fiers et ridicules, l'inconscience, la bêtise, mais une bêtise orange et turquoise. Quand on faisait n'importe quoi avec le sentiment d'accomplir de grandes choses. Le temps de l'été, c'était quand nous coupions les ongles des lions sans nous soucier d'eux.


Hier, cinéma avec quelques autres, râter les minutes du début, un bar trop plein à une heure trop tardive, on me fait goûter un monaco avec trop de grenadine, j'ai l'impression que ça m'imprègne les lèvres, des touristes italiens hystériques nous demandent de les prendre en photo et on le fait de travers,  je pars en premier, la croix de Notre-Dame est blanche moche et kitsch, à se demander combien de temps ils vont la laisser là, ce matin très tôt le chat vient s'inscruster dans un creux créé par l'édredon sur mon corps.
Aujourd'hui, journée-chaussettes. La pile de bouquins à lire menace de s'écrouler à cause d'une loi physique que je n'ai jamais comprise.

Ecrit par Kohva, le Mardi 26 Octobre 2004, 14:32 dans la rubrique "".